LA MOKA: NAISSANCE D'UNE ICÔNE

Dans les années ‘30 Alfonso Bialetti était un entrepreneur qui quelques années plus tôt, en 1919, avait ouvert à Crusinallo son entreprise, la « Alfonso Bialetti & C. Fonderia in Conchiglia ». Dès le début, il avait transformé l'atelier en un véritable laboratoire de conception et de production de produits finis, mais un jour il eut une idée qui bouleversa sa vie.

À cette époque en Italie on utilisait une machine pour faire la lessive, un ancêtre de la machine à laver : la « lessiveuse », une grande marmite équipé d’un tube creux et dont le sommet était perforé. Dans cette marmite était mis le linge, le savon et de l'eau, bouillante, qui remontait par le tube et redescendait la lessive sur le linge. « Pourquoi ne pas s’inspirer de ce principe pour la préparation du café ! » Cela pourrait bien être les mots d’Alfonso Bialetti en 1933, lorsque par hasard il commença à observer sa femme faire la lessive en utilisant la lessiveuse.

Depuis 1933 jusqu'aux années après-guerre, la Moka était un produit artisanal : quelques pièces furent fabriquées, avec une main-d’œuvre artisanale et une distribution limitée au niveau local. De 1933 à 1938 furent vendues seulement 70 000 pièces et dans l'atelier travaillaient encore seulement six ou sept ouvriers. Après quelques années, lorsque son fils Renato Bialetti prit la succession, une véritable entreprise à ce moment-là vie le jour et Moka devint un mythe changeant radicalement les habitudes de consommation du café à la maison dans le monde entier.

La Moka, à la taille cintrée comme les dames de l'époque et sa forme octogonale particulière, est, grâce à la simplicité de ses formes, sa fonctionnalité et sa longévité exceptionnelle, un cas unique en termes de design industriel. Le modèle d'Alfonso Bialetti n'a subi que des modifications mineures dans la forme, la Moka reste pratiquement inchangée au fil du temps, avec sa forme octogonale typique en aluminium qui, brevetée, est l'un des éléments distinctifs et originale du produit.